Comment se déroule un rachat de crédits à Bordeaux ?

Posted by

Vivre dans la grande ville de Bordeaux, c’est parfois difficile. Il y a tant et tant de projets à réaliser vu qu’on est au cœur de l’évolution technologique. Tantôt, on rêve d’acquérir les dernières nouveautés en matière d’équipements électriques ; tantôt on souhaite rénover la maison pour suivre la tendance en matière de décoration intérieure.

Le problème, c’est qu’à force de vouloir concrétiser tous les projets qui leur tiennent à cœur, beaucoup de ménages à Bordeaux se laissent piéger par le surendettement. Certains sont au bord de la catastrophe et pour un retour à la vie normale, ils ont besoin d’une solution spéciale. C’est le cas du rachat de crédits, une opération qui consiste à regrouper les encours pour créer un seul prêt remboursable à une durée plus longue et avec une mensualité unique d’un montant plus raisonnable. Comment se réalise cette démarche ? Voici la réponse  !

Un petit tour sur le déroulement de l’opération en général

Le rachat de crédits à Bordeaux s’effectue en 5 étapes. La première est réalisée par l’emprunteur. Il consiste à établir la demande et à la déposer auprès d’un organisme financier. Pour ce faire, il faut prendre rendez-vous avec un conseiller de la banque ou de l’établissement de crédits. Sinon, on peut effectuer une demande en ligne. Pour que cette étape se déroule dans de bonnes conditions, faire appel à un intermédiaire bancaire comme un courtier est la meilleure option. Il va alors tout entreprendre tout seul en étant mandaté par l’emprunteur.

Le banquier entre en action maintenant. Son analyste va en effet procéder à l’instruction du dossier. Cela consiste à vérifier point par point chaque justificatif et document financier mis à sa disposition notamment les relevés de comptes, les bulletins de paie et les tableaux d’amortissement des crédits.  Le même expert financier va alors évaluer la faisabilité en réalisant en premier lieu le calcul du taux d’endettement. Si le demandeur peut disposer d’un reste à vivre suffisant après le paiement de la mensualité uniquement, le banquier peut valider sa demande. En général, ce taux d’endettement devrait être inférieur ou égal à 33%. Mais en matière de rachat de crédits, il est impossible de généraliser les cas. Le banquier termine son intervention en rendant le verdict.

Si la demande de l’emprunteur est validée, il recevra l’offre qui révèle les conditions de paiement du rachat de crédits et toutes les caractéristiques du nouvel emprunt notamment, son taux, sa durée et la nouvelle mensualité allégée. L’organisme financier lui offre alors une période de réflexion. Notons que l’établissement d’un acte d’hypothèque chez le notaire peut figurer dans la démarche. Le déblocage de fonds est la dernière étape du rachat de crédits. Il ne s’agit pas d’attribuer à l’emprunteur un nouveau capital mais plutôt de rembourser des anciens créanciers.

Les détails en cas de rachat de crédit immobilier

Si vous ne le savez pas encore, les banques et les organismes financiers de Bordeaux allouent toute une gamme de rachat de crédits. Si vous avez des encours immobiliers par exemple et que vous souhaitez baisser votre taux d’endettement, une offre adaptée à vos attentes existe. Il s’agit du regroupement de prêts immobiliers. Il réunit évidemment tous les crédits qui ont servi à financer l’achat d’un logement ou bien les travaux d’aménagement et d’extension. Mais on peut aussi y inclure quelques prêts à la consommation comme les découverts bancaires. Il faut seulement que 60% du nouvel emprunt, constitué après le rachat, représentent les prêts immobiliers.

Ce qu’il faut aussi préciser, c’est qu’il est possible d’ajouter une trésorerie supplémentaire dans le contrat. Il s’agit d’une nouvelle somme d’argent à encaisser directement par l’emprunteur. Elle est souvent affectée à un projet défini clairement dans le contrat. Mais dans certains cas, l’emprunteur peut disposer de l’argent comme il l’entend. Beaucoup de prêteurs à Bordeaux acceptent de délivrer ce genre d’offre. Mais si vous envisagez d’en faire une demande, la réalisation d’une simulation est plus que requise. C’est le seul moyen de s’assurer que le rachat aboutisse réellement à une baisse des mensualités et à un meilleur équilibre budgétaire.

Il faut aussi souligner que les crédits donnant accès à des avantages fiscaux comme le prêt à taux zéro ou encore le prêt à l’accession sociale ne peuvent pas intégrer le rachat de prêts immobiliers. Par ailleurs, l’emprunteur ne devrait avoir aucun mal à les régler. Enfin, il est important de rappeler que ce type de refinancement engendre des frais importants. En ce qui concerne le déroulement de la démarche, il est pratiquement similaire à celui mentionné auparavant.

Quelques informations pour les fonctionnaires et les séniors

Les spécialistes en rachat de crédits à Bordeaux (http://www.financillus.fr/) sont en général prêts à satisfaire toute une catégorie d’emprunteur. Ainsi, les séniors et les retraités peuvent aussi trouver une offre compatible à leur situation. Notons que s’ils ont contracté un grand nombre d’emprunts, ils ont besoin de les restructurer afin d’adapter la mensualité à leur état financier actuel. Bien entendu, les organismes prêteurs sont assez exigeants vu que la capacité des personnes âgées à rembourser un prêt est remise en cause surtout si elles sont victimes d’une maladie chronique. Ils sont susceptibles de refuser la demande dans le cas où l’âge du souscripteur à la fin du prêt excède les 95 ans. En outre, la durée du contrat est souvent limitée à 35 ans au maximum. Enfin, pour ses propres intérêts, les prêteurs recommandent souvent à l’emprunteur de souscrire une assurance ou bien de proposer une garantie.

Si la situation est assez complexe pour les séniors, elle est toutefois simple pour les fonctionnaires. Ces derniers, à cause de la stabilité de leurs revenus, peuvent accéder à un rachat de prêts beaucoup plus facilement. Notons que Bordeaux comptent quelques milliers de fonctionnaires. Ils opèrent dans des domaines variés. Certains d’entre eux sont propriétaires, d’autres sont de simples locataires. Il y a aussi des agents de la fonction publique qui ont le privilège d’être hébergés gratuitement. S’ils sont face à une difficulté financière, ils peuvent trouver une solution dans le rachat de crédits. Seulement, en cas de taux d’endettement dépassant la norme tolérée, ils risquent aussi un rejet de la demande. Dans ce cas, ils ont besoin de présenter une garantie, notamment un bien immobilier à hypothéquer.

Notons que si le local est déjà hypothéqué, il faut procéder à une mainlevée. C’est une démarche requérant l’établissement d’un acte notarié et le paiement d’une somme assez conséquente. Lorsqu’elle est réalisée comme il se doit, il faut alors procéder à une nouvelle inscription.